Activités de la SFM

Profil / Natalie Gagné

Par amour de la francophonie

22 octobre 2018

Quand elle a accepté son premier contrat à la Société de la francophonie manitobaine, Natalie Gagné cherchait simplement à gagner de l’expérience dans son domaine, les sciences politiques et l’administration publique. Elle a fini par rester au sein de l’organisme francophone pendant 26 ans.

« Quand on finit l’université et qu’on cherche un emploi, on nous demande toujours de l’expérience, se souvient Natalie Gagné. J’avais trouvé un contrat de six mois à la SFM. Ils cherchaient quelqu’un pour faire une recherche dans le but d’évaluer les services en français offerts par les organismes non-gouvernementaux au niveau de la santé. Je comptais trouver un autre emploi ailleurs par la suite, mais on a renouvelé mon contrat pour six mois, cette fois pour déterminer des améliorations à apporter au centre d’information 233-ALLO, qui était encore dans ses débuts. »

Après deux ans de contrats temporaires, la SFM lui a offert un poste permanent en appui aux efforts de concertation au niveau de la communauté. « C’est là où tout le travail de relation du réseau des organismes a commencé pour moi. Le travail d’appui aux organismes consistait à mettre en œuvre les stratégies mises en avant par la communauté. »

Au fil des années, la SFM a beaucoup changé, et les responsabilités de Natalie Gagné se sont modifiées. « Il y avait toujours de nouveaux projets, et c’était souvent du travail de longue haleine qui pouvait prendre trois ou quatre ans avant d’aboutir. Quand on travaille comme ça, le temps passe sans qu’on s’en rende compte. On vit au fil des projets, puis ça ouvre des portes vers autre chose. Il y beaucoup de collaboration, donc toujours beaucoup de nouveauté. Ça n’a jamais été monotone pour moi. »

Toujours prête à relever de nouveaux défis, Natalie Gagné est devenue gestionnaire. « J’avais plus de responsabilités. À l’interne, j’étais en charge de la supervision du personnel. » En 2009, ce poste a évolué. « J’ai été nommée directrice adjointe, c’est-à-dire que j’étais l’appui de la direction dans l’avancement des dossiers. » Et sur le plan personnel, Natalie Gagné avait « une situation idéale. Daniel Boucher est un patron très ouvert. Il m’a permis d’avoir la souplesse nécessaire pour concilier vie personnelle et vie professionnelle. »

Tout au long de ses années à la SFM, Natalie Gagné a transmis sa passion pour la communauté francophone du Manitoba. « Je suis une Franco-Manitobaine qui a grandi à Saint-Boniface. Voir évoluer ma communauté a toujours été important. La francophonie est une valeur fondamentale chez moi. Ça fait partie de qui je suis. »

Pendant sa longue carrière, Natalie Gagné a travaillé sur de nombreux projets, dont certains qui lui tenaient très à cœur. « J’ai aimé les expériences de plans de développement communautaire. Ce sont des projets qui amènent des gens de toutes les sphères de la francophonie qui veulent que la communauté francophone perdure. »

Elle a été particulièrement marquée par les États généraux organisés en 2015-2016. « J’ai été fascinée de voir l’évolution de notre francophonie, et de voir autant de personnes pour qui le français est une valeur capitale. Pendant la journée du Grand rassemblement, le 23 avril 2016, on était tous rassemblés au Centre scolaire Léo-Rémillard autour de ce qui avait été partagé aux cafés-citoyens. Quand on est dans ce travail au quotidien, on ne se rend pas compte d’où est rendue la communauté. Mais des jours comme ça permettent de prendre du recul et de voir que les gens sont là et engagés. »

En 2004, Natalie Gagné a également été surprise par un projet inattendu. « Daniel Boucher m’avait demandé de représenter la SFM dans la Coalition francophone de la petite enfance du Manitoba. Je ne comprenais pas pourquoi. Mais j’ai découvert que c’est la réponse à l’avenir de la francophonie. Pour la SFM, c’est là que tout commence. On doit être là pour les parents et les outiller s’ils souhaitent que leurs enfants soient impliqués dans le français. Ceux qui naissent aujourd’hui seront à la tête des organismes dans 25 ans. Et c’est un cadeau qu’on fait à l’enfant : qui ne voudrait pas grandir avec une autre langue et une autre culture? »

Le 19 octobre 2018, après 26 ans au service de sa communauté, Natalie Gagné a tourné la page de la SFM, non sans mal. « C’est dur de partir, parce que j’ai eu le plaisir de travailler avec des collègues extraordinaires et un chef exceptionnel. Il y a beaucoup d’émotions et de souvenirs rattachés à la SFM, mais tous ces souvenirs vont venir avec moi. Le temps était propice. J’avais envie de nouveauté, et un poste à Santé en français s’est présenté. Alors ce n’est qu’un au revoir. On continue toujours ensemble, seulement je vais maintenant le faire dans un autre bureau. »