Reconnaissances des terres

La SFM tient à souligner qu’elle est située sur le territoire visé par le traité no 1 et que ces terres font partie du territoire traditionnel des peuples Anishinabé, Cri, Oji-cri, Dakota et Déné, et de la patrie de la nation Métisse. Nous tenons également à souligner que la francophonie manitobaine habite sur les territoires visés par les traités 1, 2 3, 4 et 5.

La SFM tient à reconnaître que la langue française a malheureusement été utilisée comme outil de colonisation à travers l’histoire des Peuples Autochtones*.

La doctrine de la découverte s’est répandue au Manitoba et ailleurs, par les colonisateurs européens, et a contribué à la dépossession des terres et des droits fondamentaux des Peuples Autochtones. Les écoles résidentielles, les externats et les écoles industrielles ont déchiré des familles et participé aux efforts de génocide des Premières Nations, Métis et Inuit.

La SFM s’engage à contribuer au cheminement collectif de la francophonie manitobaine pour poursuivre les efforts de réconciliation.

*Peuples Autochtones : Premières Nations, Métis et Inuit