Activités de la SFM

Prix Ronald-Duhamel / Récipiendaire 2021

Une surprise particulièrement symbolique

25 mars 2021

Comme mentionné sur le site gouvernemental qui lui est consacré, le Prix Ronald-Duhamel, institué en 2005, vise à reconnaître un employé ou un groupe d’employés œuvrant dans le secteur public ou parapublic à l'échelle fédérale, provinciale ou municipale, et s’étant distingué au service de la francophonie au Manitoba.

Remis tous les deux ans, ce Prix est une initiative conjointe de la Société de la francophonie manitobaine (SFM), du gouvernement fédéral, du Secrétariat aux affaires francophones du Manitoba et de l’Association des municipalités bilingues du Manitoba (AMBM).

Le prix a été nommé en l’honneur de Ronald Duhamel pour souligner son importante contribution, d’abord à titre de haut fonctionnaire du gouvernement du Manitoba, et par la suite en tant que député, ministre et sénateur du gouvernement du Canada.

Le 8 mars dernier, c’est Michel Loiselle qui a eu l’heureux honneur de recevoir ce prix. Pour lui, la surprise était totale : « C'était une présentation virtuelle sur Zoom et on m’avait convoqué sous le prétexte que l’on procédait à une vérification de l’un de nos programmes. Alors je n’avais vraiment aucune idée de ce qui se tramait!

« J’étais vraiment flatté pas les éloges de mes collègues et de nos partenaires dans la communauté. Tout le monde avait un grand sourire, car ils avaient réussi à me surprendre. »

Le récipiendaire a travaillé à la SFM pendant plusieurs années avant de débuter une carrière dans la fonction publique auprès de Diversification de l’économie de l’Ouest Canada (DEO) vers la fin des années 1990.

Il précise : « Ils avaient besoin d’une personne bilingue aux communications. C’est à ce moment-là que j’ai réalisé l’impact du ministère sur des projets importants de développement économique au Manitoba et dans l’Ouest. Après un bref séjour à DEO, on m’a demandé de me joindre à l’équipe de Ronald Duhamel en tant qu’adjoint spécial lorsqu’il était secrétaire d’État à la Diversification de l’économie de l’Ouest Canada et de la Francophonie internationale, ainsi que ministre des Anciens combattants.

« Par la suite, j'ai eu la chance de réintégrer la fonction publique et de travailler aux politiques et aux communications au bureau d’Industrie Canada au Manitoba. Ensuite, j’ai passé quelque huit années en tant qu’agent de développement des affaires dans l’Ouest pour l’Office de la propriété intellectuelle du Canada, une agence d’Industrie Canada.

« Depuis 2015, je suis retourné au bercail à DEO, aux opérations, en tant qu’agent principal de développement économique. Mes tâches incluent la gestion des ententes avec nos partenaires tels que le CDEM (Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba), le Centre d’entreprise des femmes, le Business Infocentre (BIC) du WTC Winnipeg, les sociétés d’aide au développement des collectivités, ainsi que d’une variété de projets en tourisme, activités sectorielles au sein des pêcheries commerciales, et foresterie.

« Je gère aussi le développement des affaires chez les entrepreneurs autochtones, et finalement aux langues officielles. Au cours des 20 dernières années, mon travail a toujours inclus une composante liée aux langues officielles. »

Selon le communiqué de presse qui a révélé la remise de son Prix, Michel Loiselle a œuvré durant les derniers 18 mois à mener une vaste initiative de consultation de la communauté francophone, ce qui a permis de mieux comprendre ses besoins et ses intérêts dans le domaine du développement économique.

Les efforts du récipiendaire ont abouti à une variété de projets répondant aux besoins des communautés concernées. Ces projets vont de programmes et soutiens divers pour les entreprises et l’employabilité, à l’entrepreneuriat chez les jeunes.

Michel Loiselle en est convaincu, ces initiatives auront un impact positif sur la communauté : « Grâce à l’approche inclusive de DEO, je pense que les projets entrepris auprès de la communauté francophone au niveau du développement économique continueront à créer des emplois et à appuyer la création d’entreprises, entre autres par les jeunes, les femmes, ou encore les nouveaux arrivants. »

Le récipiendaire était très touché de recevoir son Prix, qui a une valeur particulièrement symbolique pour lui : « Le Prix Ronald-Duhamel est tout un honneur pour moi. J’ai eu la chance de travailler de près avec Ronald. Politicien engagé, il était convaincu que les francophones avaient leur place dans le domaine du développement économique.

« Le CDEM a vu le jour grâce à cette conviction, et 25 ans plus tard, il continue à célébrer cette vision. Ce prix me touche aussi tout particulièrement parce que c’est Ronald lui-même qui m’a donné un élan au début de ma carrière. Et il continue aujourd’hui de m’inspirer. »