Priorités communautaires

CPEF

Les CPEF, un appui sûr et constant pour les parents

Pendant le confinement dû à la pandémie de COVID-19, les Centres de la petite enfance et de la famille ont dû fermer leurs portes. Mais ils ont très vite trouvé des façons de rester au service des familles, en leur proposant des activités amusantes et variées à faire à la maison.

Joanne Sylvester et Char Hébert sont toutes les deux coordonnatrices d’un Centre de la petite enfance et de la famille (CPEF). La première s’occupe du CPEF Christine-Lespérance à Saint-Vital, et la seconde du CPEF Gabrielle-Roy à Île-des-Chênes.

Presque du jour au lendemain, tout comme l’ensemble des CPEF, elles ont dû fermer leurs portes à leur clientèle. Une coupure qu’elles ont trouvé difficile. Char Hébert : « On est un groupe très serré au CPEF Gabrielle-Roy. De vrais amis. Il y a des enfants, des familles que je voyais chaque matin. »

Joanne Sylvester renchérit : « Ça a été une grosse adaptation pour moi de devoir tout faire de la maison, à distance, car j’aime beaucoup avoir des interactions avec les gens. Quand je faisais des activités sur place au CPEF, je posais par exemple beaucoup de questions aux enfants pour les faire participer. 

« Maintenant, quand je me filme chez moi en train de faire une activité pour que les familles puissent la refaire chez eux, j’imagine que les enfants sont en face de moi. Je leur pose la question et je laisse quelques secondes pour leur donner le temps de répondre. Mais ce n’est pas pareil. Les familles me manquent beaucoup. »

Si le lien direct manque aux coordonnatrices, Char Hébert s’inquiète qu’il manque tout autant aux familles. C’est pourquoi, en plus des activités et bricolages à faire à la maison, elle offre à sa clientèle des sessions par Zoom, téléphone ou texto pour s’assurer que les familles vont bien et leur rappeler qu’elles ne sont pas seules.

« J’aime dire bonjour aux enfants, lire une histoire avec eux sur Zoom. C’est important de maintenir cet attachement car le CPEF faisait partie de leur routine. C’est très différent de quand je les vois au CPEF, mais c’est très bon aussi car je peux les découvrir dans leur environnement! Beaucoup d’entre eux veulent me montrer leur chambre et leurs jouets. »

Joanne Sylvester abonde dans le même sens : « C’est important de garder la communication avec les familles, de leur offrir un sens de communauté. Certaines pourraient être découragées par la situation et avoir besoin d’un sens d’appartenance. D’autres aussi sont à la recherche de quoi faire avec les enfants. »

Parmi les activités proposées par les CPEF, on trouve toute une variété : musique, bricolages, yoga, activités sensorielles, expériences scientifiques, contes, comptines… Chaque coordonnatrice est responsable de trouver ses propres activités, mais elle peut compter sur la Fédération des parents de la francophonie manitobaine (FPFM) pour partager toutes les idées dans le réseau des CPEF.

Pour sa part, Joanne Sylvester trouve souvent son inspiration sur Pinterest. « Je ne veux pas trop bombarder les familles, alors je poste deux à trois activités par semaine sur Facebook. La FPFM les partage aussi à ses membres. »

Elle-même maman de trois enfants de six à 12 ans, Char Hébert n’hésite pas à inclure ses enfants dans ses vidéos Facebook. « Ma plus grande, Zhoé, a lu des histoires. Ça plaît aux enfants d’avoir des enfants qui lisent à d’autres enfants! Ma petite, Mya, a chanté Pat le chat. Et mon garçon de 12 ans, Maxime, était derrière la caméra.

« J’ai aussi exploré d’autres domaines, comme le théâtre, et lancé un projet de montage de l’alphabet en vidéo avec toutes les familles du CPEF. Chaque enfant avait sa lettre à dire. J’ai eu beaucoup de réactions positives et de participation, de parents et même de grands-parents. C’était une belle façon de montrer à tous qu’on était ensemble dans cette pandémie. »

Si l’expérience « ne remplace pas le lien direct avec les familles », remarque Joanne Sylvester, les coordonnatrices y voient tout de même du bon. Char Hébert termine : « Je pense continuer à faire des vidéos d’activités, même après le confinement. Comme ça, les familles pourront refaire les activités à la maison, ou les faire si elles n’ont pas vu venir au CPEF un jour! »

Les deux coordonnatrices partagent leurs vidéos d’activités sur Facebook : @cpefchristinelesperance et @cpefgr.